J-drama
 
14 Sai no Haha
 
JÛYON SAI NO HAHA
 
 14 sai no haha fourteen mother shida mirai miura haruma bloody monday namase katsuhisa tanaka misako cat street  gokusen umareru boss taisetsu koto subete oshiete kureta drama japon
 

Titre alternatif/Traduction :  Une mère de 14 ans
Réalisateur(s) : Toya SATO (My Boss My Hero), Noriyoshi SAKUMA (Nobuta wo Produce)
Genre : 
Drame, Famille, Romance, Société
Tiré d'un manga :  Non.
Nombre de saison(s) : 1
Format  :  11 épisodes de 46 min
Année de diffusion :  2006 sur NTV
OST :  Thème "Shirushi" de Mr. Children

 

 
 
 
 
Synopsis
 
Miki ICHINOSE est une jeune fille de 14 ans sans histoires. Elle va dans un collège privé pour filles très chic, a des amies, et est l’animatrice de la radio du collège. Mais à ses cours du soir, elle rencontre Satoshi KIRINO, d’un an son aîné. Les deux adolescents tombent très vite amoureux l’un de l’autre. Ils sortent ensemble. Mais 3 mois après, Miki commence à avoir des nausées, à se sentir bizarre. Elle fait, à tout hasard, un test de grossesse : positif. Miki est donc enceinte.
Mais quand elle l’annonce autour d’elle, les attitudes changent radicalement : son père hurle qu’elle est irresponsable et lui interdit de revoir Satoshi, sa mère reste stupéfaite de voir que sa « petite fille » a été aussi loin avec son copain ; et tout le monde la regarde avec ahurissement, mépris et incompréhension, sans compter qu’elle souhaite garder l’enfant. Mais la famille essaie tant bien que mal de se serrer les coudes, et ils vont en avoir besoin : la mère de Satoshi, une riche dirigeante d’entreprise, voit évidemment très mal le fait que Miki porte cet enfant et tient à tout prix à la faire avorter, ou du moins à l’empêcher de déclarer Satoshi comme le père. Ce-dernier, d’ailleurs, n’arrive pas à assumer cette responsabilité dont il ne sait que faire. De plus, le lycée pose la question du renvoi éventuel de Miki, laquelle est sans cesse montré du doigt et rejetée par ses amies. Et cela à cause d’un journaliste trop curieux qui a publié un article sur elle, et qui continue de récolter des informations sur l’évolution de cette affaire …
 
 
 

 Personnages principaux
 
14 sai no haha fourteen mother shida mirai miura haruma bloody monday namase katsuhisa tanaka misako cat street  gokusen umareru boss taisetsu koto subete oshiete kureta jdrama
Miki ICHINOSE :  Cette jeune fille très douce est un peu naïve mais pleine de volonté. Au début paniquée, elle a beaucoup de mal à expliquer à son entourage la vérité. Elle finit par décider de garder son enfant, au mépris du regard de la société. Elle est droite et décidée. Elle aime énormément Satoshi.
Kanako ICHINOSE La mère de Miki travaille à mi-temps dans un petit
14 sai no haha fourteen mother shida mirai miura haruma bloody monday namase katsuhisa tanaka misako cat street  gokusen umareru boss taisetsu koto subete oshiete kureta jdramarestaurant. Elle aime beaucoup sa fille, et est au début furieuse de son irresponsabilité. Puis elle culpabilise de ne rien avoir dit à sa fille sur le sujet, et enfin voit tristement sa fille devenir une adulte, et bientôt une mère. Elle décide de faire en sorte que l’enfant naisse en bonne santé et que Miki aille bien quoiqu’il lui en coûte.
14 sai no haha fourteen mother shida mirai miura haruma bloody monday namase katsuhisa tanaka misako cat street  gokusen umareru boss taisetsu koto subete oshiete kureta drama jdramaTadahiko ICHINOSE :  Le père de Miki. Il travaille dans une petite entreprise où il occupe un bon poste. D’abord en rage contre sa fille, qu’il ne parvient pas à comprendre, il transfert ensuite sa colère sur Satoshi. Il souhaite plus que tout le bonheur de sa fille. Quand le scandale éclate dans les journaux (« l’héritier de la compagnie KIRINO a mis enceinte une fille de bonne famille »), il tente de le cacher à sa fille pour préserver son moral et la santé du bébé, car des chocs émotionnels peuvent causer des dommages au bébé.
14 sai no haha fourteen mother shida mirai miura haruma bloody monday namase katsuhisa tanaka misako cat street  gokusen umareru boss taisetsu koto subete oshiete kureta jdramaSatoshi KIRINO :  Ce garçon très doux et gentil n’est jamais vraiment sorti des sentiers tracés par sa mère, qui l’a élevée seule. Il considère qu’il ne sera jamais assez bon pour cette-dernière et déteste la façade, de « famille monoparentale unie » qu’il doit montrer aux médias. Il aime profondément Miki mais ne peut pas comprendre qu’elle veuille garder cet enfant. Il ne sait que faire, et ses tentatives pour prendre ses responsabilités sont interdites par sa mère et méprisées par le père de Miki. Sa mère lui fait croire que cette-dernière ne voudra sans doute plus jamais le voir après ce qu’il lui a fait.
 
 
 
 
Acteurs
 
Miki ICHINOSE :  Mirai SHIDA
Kanako ICHINOSE Misako TANAKA
Tadahiko ICHINOSE :  Katsuhisa NAMASE (Gokusen)
Satoshi KIRINO :  Haruma MIURA (Bloody Monday)
Shizuka KIRINO (mère de Satoshi) Shigeru MUROI
Taku HATANO (journaliste intéressé par le cas de Miki) Kazuki KITAMURA (Yôkai Ningen Bem)
Kenta ICHINOSE (petit frère de Miki, 11 ans) Kazuki KOSHIMIZU
Kyoko ENDO (professeur principal de Miki) Sayaka YAMAGUCHI
Megumi KUBOTA (meilleure amie de Miki) Kii KITANO (LIFE)
Mayu YANAGISAWA (camarade de classe de Miki) Mitsuki TANIMURA (Cat Street)
Makoto MITSUI (oncle de Miki) Junichi KOUMOTO
Hinako MITSUI (tante de Miki) Sayaka KANEKO


 
 
 
 
 
Mon avis
  
                                                 
Mon avis sur le scénario :  Certain(e)s, en voyant ce synopsis, décideront d’emblée que ce drama est immoral, que cette fille est stupide et que le résultat sera soit niais, soit mélodramatique. Alors je l’annonce tout de suite : non, nous n’avons pas affaire à un drama incitant les jeunes filles à devenir mères. Non, il ne s’agit pas d’une triste histoire pleine de bons sentiments. Comme dans la vraie vie, aucun cadeau n’est fait à Miki, qui doit se battre pour se faire accepter.Même si l’idée qu’elle garde son enfant m’a vraiment dérangée au début (tout de même, à 14 ans, elle fiche sa vie en l’air ! a été ma 1ère réaction), une fois qu’on s’est résigné (un comme les parents de Miki, en fait ^^), l’histoire devient d’une profondeur touchante. Pas une seule fois on ne se dit : « Mais ça ça n’arriverait pas dans la vraie vie », tout est réaliste. Chaque rebondissement est un peu plus douloureux et nous meurtrit un peu plus mais en même temps on se sent de plus en plus rôdé, déterminé, comme l’assurance de Miki grandit. La fin m’a cependant parue trop optimiste.
 
Mon avis sur le casting et les jeux d'acteurs :   Mirai SHIDA (Miki) vaut le drama à elle toute seule. Criant de vérité, bouleversant de crédibilité, son jeu tout en douceur et en fragilité nous entraîne sans problèmes dans ses multiples mésaventures. Cette prestation d’actrice hors du commun est d’autant plus incroyable que SHIDA avait 14 ans lors du tournage du film : à un âge si jeune, elle excellait déjà.
Misako KANAKA (la mère de Miki) est elle aussi très crédible, et terriblement touchante dans le rôle de cette mère dont la vie jusque-là sans histoire s’écroule. Quant à Katsuhisa NAMASE (le père de Miki), je l’avais vu dans
Gokusen (où il joue un principal pointilleux et caricatural) et je pensais qu’il ne saurait pas retranscrire son personnage sans failles. Heureusement, j’avais tout faux !
Ainsi de suite, tous les acteurs méritent une palme d’or (ou au moins de sincères félicitations) pour leur interprétation, sauf Haruma MIURA, dont j’ai trouvé le jeu un peu fade et les expressions un peu limitées.

 
Mon avis sur la réalisation et le montage :  Comme souvent, un montage net et clair, sans bavures, à l’image des beaux quartiers où la caméra tourne.
 
Mon avis sur la musique :   Très jolie, touchante, parfaitement accordée au drama. On aura cependant droit aux longues mélodies désespérées de violons (en même temps, c’était inévitable et ça reste tout à fait supportable).
 
Pour voir ce drama, il faut d’abord s’ouvrir un peu l’esprit, et ne pas décréter tout de suite « Non, ce genre de choses ne m’intéresse pas ». Il est vrai que l’on a pas affaire un drama classique, mais le résultat est tout de même stupéfiant : aucune étape n’est négligée. A regarder d’une traite, un paquet de mouchoirs à portée de main.
Au final :  18,5/20
 
Ecrit en octobre 2010
 


Liens visionnage et téléchargement


 






Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement